L’individualisme empêche-t-il de “faire société” ?

Il est devenu banal de constater l’individualisme de notre temps. Même si cette doxa, cette opinion commune, peut et doit être discutée, l’impression qui prédomine est que le groupe social semble aujourd’hui s'effilocher de toute part, et tout un tas de forces centrifuges nous donnent le sentiment qu’à tout moment il risque d’imploser et de se disloquer. L’individualisme, poussé par le consumérisme, s’affirme, parfois avec violence, au détriment de ce qu’il est devenu courant d’appeler (au moment même où il paraît s’éloigner) le “vivre ensemble”, et au détriment du bien commun dont nous ne percevons plus les contours ; parallèlement, la compétition généralisée paraît s’imposer au détriment de la coopération et des solidarités. Faisant corps avec cette sensation d’émiettement du tissu social, la question identitaire est devenue par ricochet particulièrement prégnante ; qui suis-je si je ne suis plus qu’un atome ne pouvant plus s’agglomérer à un ensemble qui simultanément me dépasse et me définit en me permettant de devenir moi-même ? Le groupe ne se définissant plus, l’individu perd une part décisive de ce qui fait son individuation et recherche désespérément à reconquérir l’identité (pour une très grande part fantasmée) du passé. “Comment faire société?” est devenu la grande question qui traverse aussi bien les mondes politique, intellectuel ou médiatique, qu’artistique.

Conférence assurée par Serge Added, Docteur en phisosophie


Eléments financiers
Coût de cession TTC : 250€

Mathieu JACOBS
Chargé de mission Spectacle vivant
Service projets artistiques
Pôle action territoriale
et accompagnement des publics

Tél. : 05 53 06 40 37 / 06 75 64 60 20
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.